Authenticité Greenwashing Marketing au quotidien Marques responsables

L’authenticité, c’est assumer.

De nombreuses marques, on le sait, s’adonnent au greenwashing pour faire croire qu’elles sont responsables, dignes d’intérêt et évidemment au final pour faire vendre. Mais qu’en est-il de ces marques qui ont réellement décidé de devenir responsables et qui s’en donnent les moyens ?

Une telle démarche coût cher car elle implique toute l’entreprise et dans certains cas, on part de très loin, que ce soit au niveau de l’entreprise elle-même ou de la marque. Ne nous leurrons pas, même une entreprise qui souhaite s’engager dans cette voie, n’est pas pour autant devenue philanthrope du jour au lendemain. Bien sûr, il y a de la bienveillance, mais de plus en plus souvent, c’est du pur pragmatisme ! Parce que les consommateurs sont plus exigeants, qu’ils ont les outils pour faire des recherches sur les marques, parce que des salariés heureux, c’est un excellent canal de communication, parce que la conscience collective s’éveille enfin à l’importance du respect de l’environnement; celle-ci n’est plus uniquement l’apanage des écolos, etc. C’est d’ailleurs pour cette raison que je suis toujours aussi interloquée face au greenwashing : certes, cela coûte moins cher d’engager un Community Manager en alternance qui va faire 3 posts par mois sur les engagements « profonds » de la marque, mais quid du long terme ? Le greenwashing, c’est une vision résolument court-termiste, une sorte de rustine qui sert à DISSIMULER les défauts de l’entreprise ou de la marque.
Et c’est là que j’en viens à l’idée défendue dans le titre de cet article. La marque qui devient responsable doit, contrairement aux pratiquants du greenwashing, assumer ses erreurs, ses choix passés et même futurs. Personne n’est perfectible, même les consommateurs le comprennent, eux qui ont horreur d’être pris pour des imbéciles. Est-ce que cela ne serait pas une des raisons du succès des influenceurs, depuis toutes ces années? Ils ont la confiance de leur communauté, ils sont libres d’exprimer leur avis sur un produit, avec ses avantages ET ses inconvénients. Je n’ai rien contre le marketing d’influence évidemment qui a une utilité énorme notamment dans le domaine High tech, mais tout de même, je me demande ce qui arriverait si les marques se réappropriaient le pouvoir de dire elles-mêmes la vérité , toute la vérité sur leurs produits, plutôt que de laisser cette exclusivité aux autres.

En adepte exclusive des produits naturels, bio ou faits-maison dans la salle de bains, j’ai récemment découvert puis adopté la marque Les Petits Prödiges, qui ne commercialise que 2 produits : un baume tout en 1 et un déo. La force principale de ces produits réside dans leur composition réduite à l’essentiel, avec moins d’une dizaine d’ingrédients tous naturels et clairement identifiés, sans recours au latin, l’ennemi de la compréhension des consommateurs. Il y a quelques jours, je me permets de leur demander sur les réseaux sociaux, si une version labellisée BIO est prévue pour bientôt.
Réponse assumée de la marque : Malgré que la composition de leurs produits réponde et dépasse même déjà les critères de la certification BIO, ce processus coûte cher et cela impacterait trop le prix de vente (déjà un peu élevé je trouve).
Ma réaction : J’ai envie de dire bien joué ! Ils assument un choix, reposant sur le souci de préserver l’accessibilité de leurs produits. Ils en profitent pour rassurer sur leur compo plus que clean. Sans tomber dans le registre calimero ou dénonciateur, ils ouvrent le débat sur le coût d’une certification et par voie de conséquence, lèvent le voile sur ses marques (de plus en plus nombreuses) non certifiées BIO certes, mais qui par leur démarche, n’ont pas à en rougir, loin de là. Simple et efficace, responsable et malin ! Comme quoi, assumer un choix qui semble discutable, peut même se révéler une force !

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *